Recherche

Indymedia

Publiez

Infos locales

Lire plus...

Infos globales

Lire plus...

En attente

Lire plus...

Rouen : Création d’un collectif anti-LOPPSI.

mercredi 29 décembre 2010
impression 3 réactions

Assemblée contre LOPPSI-2.

En même temps que nous prenons l’initiative d’occuper un immeuble abandonné pour nous organiser politiquement et nous loger, la loi LOPPSI-2 est sur le point d’entrer en application.

Étant entre autres directement concernés par le volet anti-squat de cette loi, sans doute nous incombe-t-il de prendre l’initiative de la contre offensive à Rouen. Au delà de l’amendement anti-squat, c’est contre la loi dans son ensemble que nous entendons nous organiser : contrôle systématique d’internet, légalisation de la délation rémunérée, extension de la vidéo-surveillance et de l’utilisation des enregistrements , sanctions pour les mairies qui ne s’en équiperont pas, etc.

A ce titre, il nous a paru indispensable de faire appel à toutes les forces organisées et à tous les volontaires pour mettre en œuvre une réponse efficace et commencer à trouver des solutions pour lui échapper le plus possible. Il serait en effet absurde de constater que cette loi criminalise potentiellement toutes les activités politiques qui s’inscrivent en opposition à l’ordre dominant tout en menant séparément des campagnes avec nos réseaux respectifs.

Nous appelons donc à une première réunion de mise au point le Mercredi 5 Janvier dans l’immeuble occupé du 30 rue du Lieu de Santé à 19h en espérant qu’elle aboutisse à la création d’un collectif anti-LOPPSI dont nous définirons ensemble les bases d’action.

Les habitants du 30.

contact : lhabite_asociale@boum.org

L'ajout d'informations complémentaires est fermé car l'article à plus de 365 jours

voir les infos complémentaires ?

  • L’amendement anti-squat ne concerne pas 99,9% des squats puisqu’il ne s’attaque qu’aux très rares squats de domiciles (genre des maisons de gens qui au retour de leur week-end s’aperçoient que leur domicile est squatté ! le truc qui n’arrive quasi jamais, quoi). Cette pratique était déjà pénalisée, avec la Loppsi 2, elle l’est un peu plus encore. Mais ça ne concerne pas les squats comme celui de Rouen, ni la quasi totalité des squats qui existent (les squats de domicile se font généralement expulser dans la journée même où ils se font découvrir...).

    Et l’article 32 ter A ne concerne pas les squats "en dur" non plus, mais seulement les habitats dits "légers" type yourtes, cabanes, véhicules, campements, etc.

    Mais la Loppsi 2 est quand même une loi de merde, à virer dans sa totalité (ce qui n’est pas une raison pour écrire des choses fausses dans nos tracts / textes).

  • L’article 32 ter A ne vise pas seulement le cas que vous évoquez. Il porte sur toute "installation illicite en réunion sur un terrain appartenant à une personne publique ou privée en vue d’y établir des habitations" (donc sur des terrains vides a priori) et via, amendement, est élargit au "fait de séjourner dans le domicile d’autrui sans l’autorisation du propriétaire" (le cas que vous décrivez).

    Cela dit, reste à voir si ce texte ne sera pas utilisé dans les faits y compris par exemple dans le cas de squats dans des maisons vides, par exemple en attente d’être détruites par des promoteurs. Surtout, cet article met encore plus en danger les Roms (même si les promoteurs de la loi le nient), et c’est sans compter le cas aussi des habitats alternatifs. Le problème est que même en cas d’abus, les délais sont tellement courts pour contester que les plus précaires, qui ne sont pas au fait de leurs droits, ne pourront les faire valoir.

  • Un lien qui donne des détails sur l’article 32 ter et ses interprétations possibles : http://www.rue89.com/2010/12/12/lop...

    Il va falloir suivre attentivement la jurisprudence.

    Et d’accord avec vous, ce n’est pas parce que c’est une loi de merde qu’il faut raconter n’importe quoi à son propos.

CopypLeft CopyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

Ceci est une plateforme de publication libre. Le collectif qui gère le classement des contributions n'endosse aucunement les propos et ne juge pas de la véracité des informations. Ce sont les compléments et réactions des Internautes, comme vous, qui servent à évaluer la qualité de l'information.