Recherche

Indymedia

Publiez

Infos locales

Lire plus...

Infos globales

Lire plus...

En attente

Lire plus...

"Mariage pour tous" et société communiste

vendredi 1er février 2013
impression 3 réactions

"Mariage pour tous" : seule la société communiste peut mettre fin aux discriminations sexuelles

En annonçant l’adoption prochaine d’une loi autorisant le mariage homosexuel, le gouvernement français a déclenché, comme ce fut le cas dans l’ensemble des pays qui ont suivi le même chemin, une série de mobilisations et de débats médiatiques où chacun a été tenu de choisir son camp : pour ou contre le « mariage gay » .

Les manifestations homophobes sont l’expression de la décomposition capitaliste

Les répugnantes manifestations encadrées par les ligues et partis homophobes, comme « Civitas » ou « Famille de France », ont choqué par leur ampleur. Si la lie ridicule du catholicisme intégriste, avec ses bures de kermesse et ses gibets de crucifixion, formait le gros du bataillon, l’ampleur des mobilisations illustre à quel point les tendances portées par le capitalisme déliquescent à la déshumanisation, à la haine de l’autre et à l’irrationalité se répandent comme la peste dans toutes les couches de la société.[1]

Car sous couvert de slogans fanés tel que « la défense de la famille », dans les cortèges, les ouailles avaient quelques difficultés à contenir leurs marottes homophobes et racistes.

Face à ces démonstrations de haine et ces délires collectifs, organisés au nom d’une « normalité » et d’une soi-disant « évidence » abstraite et déshumanisée, le prolétariat doit affirmer son attachement à la liberté sexuelle, au respect des différences, mais du point de vue de son propre combat. Car la lutte pour le communisme n’est pas qu’une lutte pour du pain et un toit, c’est aussi –et surtout !– un combat pour l’émancipation des hommes, pour « une association où le libre épanouissement de chacun est la condition du libre épanouissement de tous. »[2]

Le mariage n’existe que pour l’intérêt des possédants

Une question demeure néanmoins : l’autorisation du mariage homosexuel est-elle susceptible de faire avancer la société vers plus de liberté sexuelle ? En exceptant l’idée selon laquelle le « mariage pour tous » est un moyen de lutter contre les discriminations –les insultes, les agressions et les patrons homophobes ne disparaîtront malheureusement pas avec une bague au doigt– et tous les embrouillaminis autour des « Droits de l’homme » et de « l’égalité devant la Loi », les arguments invoqués sont révélateurs du caractère réactionnaire de ce nouveau contrat : la bourgeoisie, et spécialement ses partis de gauche, présente le mariage homosexuel comme un progrès social qui permettrait aux intéressés de bénéficier des « avantages fiscaux » et des « droits de succession » dont jouissent les couples hétérosexuels, en particulier en direction des enfants qui ne profitent pas de la filiation d’un de leurs parents. Ces arguments illustrent parfaitement que le mariage n’est rien d’autre qu’un rapport d’argent. Or, comme le disait Marx, « le prolétaire est sans propriété  ; ses relations avec sa femme et ses enfants n’ont plus rien de commun avec celles de la famille bourgeoise. Sur quelle base repose la famille bourgeoise actuelle ? Sur le capital, le profit individuel. La famille n’existe, sous sa forme achevée, que pour la bourgeoisie. »[3]

Bien sûr, de nombreux ouvriers se marient pour exprimer sincèrement leur amour et bénéficier de maigres mesures fiscales et administratives. Mais le mariage est une institution fondamentalement liée aux sociétés de classes. Pour la bourgeoisie, le mariage a peu de chose à voir avec l’amour, c’est surtout un contrat pour la conservation et la transmission de la propriété privée : « Ce mariage de convenance se convertit assez souvent en la plus sordide prostitution –parfois des deux parties, mais beaucoup plus fréquemment de la femme ; si celle-ci se distingue de la courtisane ordinaire, c’est seulement parce qu’elle ne loue pas son corps à la pièce, comme une salariée, mais le vend une fois pour toutes, comme une esclave. »[4] Voilà la nature du « progrès social » promis par la gauche, qui s’auréole à bon compte d’une image progressiste : une simple réforme sur la base de la marchandisation des êtres humains et de la production capitaliste, système à l’origine de toutes les discriminations et notamment du harcèlement et des comportements « pogromistes » dont sont victimes les homosexuels.

Courant Communiste International - http://fr.internationalism.org

[1] Lire, sur notre site, le texte : La décomposition, phase ultime de la décadence capitaliste.

[2] K. Marx et F. Engels : Manifeste du Parti communiste, 1848.

[3] Idem.

[4] F. Engels, L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, 1884. Dans cet ouvrage, Engels développe une critique complète et historique de la famille, et notamment du rôle du mariage dans les sociétés de classes.

L'ajout d'informations complémentaires est fermé car l'article à plus de 365 jours

voir les infos complémentaires ?

  • On peut aussi questionner le rapport à l’Etat que le mariage induit : faire avaliser par un représentant de l’Etat sa relation sexuelle ! Et l’exclusivité amoureuse comme norme sociale, avec ses rapports de jalousie et son narcissisme ...

  • "Mariage pour tous" et société communiste 6 février 2013 10:43, par ...

    "avaliser par l’Etat sa relation sexuelle". Roh...Mais t’es bête ou quoi ? C’est pas de relation sexuelle qu’il s’agit (ou pas que de ça). Les hétéros ne se marient pas pour "avaliser une relation sexuelle"... Ils se marient parce que le mariage est une institution et que ça ouvre des droits supplémentaires. Celui à l’adoption notamment... certains arrangement fiscaux ou sociaux aussi. Je suis contre le mariage, mais je suis aussi contre le fait que ce soit un privilège hétéro-sexiste ici et maitenant. Sinon okay avec le reste. Mais ce que tu décris fait aussi parti de l’hétéronorme. Tout ça c’est aussi, c’est surtout un truc d’hétér@s. De tout temps les homosexuels, bi, lesbiennes etc ont eu beaucoup plus tendance à pratiquer l’amour libre ou pluriel (et pas seulement par "opportunisme" comme le veux le cliché ou du fait de la répression sexuelle). C’est pas non plus un hasard...

  • "faire avaliser par un représentant de l’Etat sa relation sexuelle !" : quelle assurance dans ce propos ! Alors que "faire avaliser" le sexe et l’amour libre par toute la culture libérale existante on y pense pas. L’Etat n’étant que la forme concentrée des moeurs et des pratiques sociales existantes (toutes les pratiques, même "subversives").

    "Et l’exclusivité amoureuse comme norme sociale, avec ses rapports de jalousie et son narcissisme ..." : comme si l’exclusivité et sa cohorte de calculs mesquins et de séductions porcines ne règnaient pas aussi dans les pratiques de l’amour libre...on croit rêver. C’est vraiment se donner le beau rôle, à peu de frais...Encore un qui prolonge son adolescence.

CopypLeft CopyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

Ceci est une plateforme de publication libre. Le collectif qui gère le classement des contributions n'endosse aucunement les propos et ne juge pas de la véracité des informations. Ce sont les compléments et réactions des Internautes, comme vous, qui servent à évaluer la qualité de l'information.