Recherche

Indymedia

Publiez

Infos locales

Lire plus...

Infos globales

Lire plus...

En attente

Lire plus...

Pourquoi ne pas passer un communiqué sur la liberation de Georges Abdallah

dimanche 13 janvier 2013
impression 4 réactions

Mise en débat Il se trouve que monsieur Bahar Kimyongür à donné une conférence le 31 mars 2012 à l’Agecca à paris aux cotés de Michel Collon, Jean Bricmont et ou étaient présent aussi des gens d’extrême droite comme le prêtre catholique intégriste et d’extrême droite Michel Lelong, la négationniste Ginette Skandrani ou encore Julien Teil l’animateur du site d’extrême droite Mecanopolis.

Les idéologues de la contre-révolution s’invitent à l’AGECA, et on devrait laisser faire ça

http://paris.indymedia.org/spip.php?article10459

D’autre part cela pose quand même question que mr Bahar Kimyongür qui à connu la répression, soutienne des dictatures comme l’Iran ou la Syrie. Qui plus est en donnant des conférences aux cotés de gens dont la porosité avec l’extrême droite est connue et reconnue


je ne comprend pas votre positionnement sur le refus de passer tout communiqué sur la libération du camarade sous prétexte que Bahar Kimyongür a participé à une conférence pour la libération de Georges Abdallah.

à l’époque à Bruxelles le secours rouge a soutenu la libération de Bahar Kimyongür qui risquait l’extradition vers la Turquie. Une vraie bataille judiciaire a été lieu pour lui éviter cela. Il est sur que assassinat aurait été son sort là bas où je le rappelle c’est un régime islamo fasciste qui règne à Ankara. Il est toujours actuellement sous le coup d être un "terroriste d’extrême gauche" il reste à présent que Bahar Kimyongür est journaliste et qui souhaitait se rendre en Syrie. je pense pas qu’on peut le accuser d’être d’extrême droite là dessus.

c’est faire preuve de sectarisme de punir en quelque sorte Georges Abdallah sous prétexte des groupes ou des personnes décident de le soutenir.

une dernière remarque : au secours rouge arabe notre positionnement a toujours été claire sur le refus de collaborer avec toute fraction islamiste et autre groupes proche d’une extrême droite.

L'ajout d'informations complémentaires est fermé car l'article à plus de 365 jours

voir les infos complémentaires ?

  • ok nous comprenons vos remarques sur Bahar Kimyongür et nous le redisons nous acceptons pas ses collusions avec l’extrême droite mais nous nous comprenons pas par contre que vous fessez l’impasse sur la libération de Georges Abdallah en raison de ce soutien

  • Des soutiens comme Kimyongür qui donne des conférences avec des canailles telles que Bricmont et Collon et des fachos on s’en passe.

    Désolé mais on se doit d’être clairs quand il s’agit de nos luttes

  • Et puis il y a un problème avec la ligne de ce collectif de soutien qui émane de l’AGEN, qui se croit obligé de faire la promotion de ce militant comme d’un grand communiste alors que sa carrière recouvre plusieurs épisodes sombres : Abdallah a commencé sa carrière militante au Parti social nationaliste syrien, une organisation néo-nazie aujourd’hui alliée à Assad (après des années de froid), a été allié dans les années 1980 de l’Iran des Mollahs ou du Hezbollah, a pour défenseur l’avocat médiatique des disctateurs et nazis Jacques Vergès... Porteur d’une idéologie national-stalinienne, ce n’est donc pas vraiment un progressiste. Alors qu’on demande sa libération OK, mais ça ne doit pas empêcher le recul critique sur les pratiques et les idées et il faut se garder du culte de la personnalité.

  • De plus, GIA n’est pas le seul détenu en longue peine et la personnalisation dont il a fait l’objet est quand même assez gênante, et discutable tant politiquement que stratégiquement. Or, jamais son collectif de soutien "anti-impérialiste" (celui lié à l’AGEN, pas le Secours Rouge arabe) n’a pris position contre les longues peines et la prison en général, ni profité de la relative médiatisation de son cas pour en faire profiter les autres détenus ("politiques" ou non, toute répression et toute prison étant éminemment "politiques").

CopypLeft CopyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

Ceci est une plateforme de publication libre. Le collectif qui gère le classement des contributions n'endosse aucunement les propos et ne juge pas de la véracité des informations. Ce sont les compléments et réactions des Internautes, comme vous, qui servent à évaluer la qualité de l'information.