Recherche

Indymedia

Publiez

Infos locales

Lire plus...

Infos globales

Lire plus...

En attente

Lire plus...

L’austérité généralisée : un recul de civilisation

dimanche 6 janvier 2013
impression 0 réaction

Dans le monde entier, la crise du capitalisme a trouvé comme « réponse » l’aggravation de la situation par l’austérité. Elle provoque des régressions sociales innombrables, et un surcroît de violence sociale. Dans de très nombreux pays, le chômage de masse s’installe dans la durée. Et on ne voit pas de sortie possible de cette situation à court ou moyen termes, du moins sans baisse du temps de travail (sans diminution des salaires) – ou abolition du travail salarié.

La conséquence directe de l’austérité est l’aggravation de la pauvreté. Il y a aussi les reculs en terme de santé publique, la baisse des budgets de la culture, etc. Le progrès social n’est plus à l’ordre du jour, même comme simple perspective d’affichage. L’austérité contribue aussi à retarder l’indispensable conversion énergétique – économies d’énergie, démantèlement du nucléaire, développement massif du renouvelable, entre autres. C’est aussi un recul démocratique, puisque l’austérité est appliquée même là où elle a été clairement désavouée par un vote. Par exemple en France, la responsabilité du gouvernement Hollande/Ayrault sera très lourde s’il persiste à mener une politique économique de droite (augmentation de la TVA, cadeaux au patronat, gel du SMIC, maintien des « jours de carence » en cas de maladie, etc.). Cela pose la question de l’organisation politique. Cette critique à la fois de l’ordre économique et de l’ordre politique (qui sont liés) existe – au moins en germe – au sein des mouvements des « indignés » et d’Occupy, avec notamment l’exigence de « démocratie réelle » en Espagne. Et de façon pragmatique, face à une offensive mondiale d’austérité on voit bien qu’une riposte efficace ne peut qu’être internationaliste.

Ces politiques d’austérité ont au fond pour but de transférer des richesses de la classe travailleuse vers la classe capitaliste. Mais ce faisant, les capitalistes ne sont-ils pas en train de scier la branche sur laquelle ils se trouvent ? Par le passé, ils ont parfois su lâcher un peu de lest afin de maintenir l’essentiel de leurs privilèges. La différence est que leurs marges de manœuvre paraissent actuellement réduites. En Grèce, la destruction sociale atteint une telle intensité qu’elle tend à devenir un suicide social. La situation est en train de se reproduire dans d’autres pays. Tout cela crée un désespoir, et de la peur. Il existe par conséquent de sérieux risques de replis. En France, la poursuite de la politique criminelle d’expulsion d’« étrangers » se révèle comme l’une des diverses formes actuelles de xénophobie. Une version plus comique des tendances au repli est le « patriotisme économique » prôné par le gouvernement, en particulier par Arnaud Montebourg. Cette mystification, d’apparence ridicule, pourrait s’inscrire en fait dans une situation dangereuse, liée à la perte de repères rationnels et à la montée de l’insignifiance – on observe ainsi des montées d’indépendantisme en Belgique, en Espagne, etc.

Par contre, des ripostes s’organisent un peu partout, et obtiennent parfois des victoires partielles et isolées. Un moratoire (partiel) des expulsions de locataires a par exemple été obtenu en Espagne, après des mobilisations – mais aussi après plusieurs suicides de personnes expulsées de leur logement. Si les mobilisations restent pour l’instant dispersées et très insuffisantes, on voit tout de même que le rejet de l’austérité est massif. Cela montre que la régression actuelle n’est pas inéluctable : il n’y a pas de fatalité au recul social, au recul de civilisation qu’entraîne l’austérité généralisée. Pour cela, il y a besoin d’action collective auto-organisée à la base. Car le danger principal, c’est l’absence politique de la classe sociale majoritaire, la classe travailleuse (salariés et chômeurs, ainsi que les étudiants, lycéens et apprentis en tant que travailleurs en formation). Des mobilisations existent, mais restent dramatiquement insuffisantes et généralement émiettées : or sans une puissante riposte sociale, l’aggravation de la crise sociale se poursuivra.

L’austérité généralisée est une violence sociale, une violence de classe (d’une classe sociale contre une autre). Cette élévation du niveau de violence dans les rapports sociaux ne peut se poursuivre indéfiniment sans de très graves dommages. Pour mettre fin à l’austérité, l’intervention partout dans le monde des salariés, chômeurs, etc., unis en tant que force sociale, est indispensable. Et pour sortir durablement de la crise, l’objectif n’est pas mince : il s’agit de sortir du système d’inégalité, d’exploitation et d’aliénation qu’est le mode de production capitaliste.

Critique Sociale http://www.critique-sociale.info/

L'ajout d'informations complémentaires est fermé car l'article à plus de 365 jours
CopypLeft CopyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

Ceci est une plateforme de publication libre. Le collectif qui gère le classement des contributions n'endosse aucunement les propos et ne juge pas de la véracité des informations. Ce sont les compléments et réactions des Internautes, comme vous, qui servent à évaluer la qualité de l'information.