Recherche

Indymedia

Publiez

Infos locales

Lire plus...

Infos globales

Lire plus...

En attente

Lire plus...

Rencontres des métiers du livre, 12-13 janvier, La parole Errante, Montreuil

dimanche 30 décembre 2012
impression 1 réaction

En 2012, des personnes travaillant dans différents secteurs des métiers du livre se sont réunies pour écrire un appel dénonçant la concentration des capitaux, l’industrialisation des professions, la séparation des acteurs et la déferlante technologique que subissent aussi les métiers du livre.

Intitulé Appel des 451, le texte est paru dans Le Monde en septembre 2012, signé par des centaines de professionnels ou de lecteurs, reconnaissant là une base suffisante pour entamer des discussions sur l’avenir de nos métiers, des pratiques de lecture ou des bouleversements anthropologiques et sociaux qu’entraînent la gestion et l’informatique généralisées. Un second écrit, plus développé, répondait aux premières critiques, positives et négatives que le collectif des 451 a reçues suite à la publication de l’Appel. Ce texte, «  La querelle des modernes et des modernes  », tente de donner quelques pistes de réflexion pour penser l’actualité économique, sociale et technique de la chaîne du livre.

Dans la perspective de mutualiser nos moyens, de créer des structures plus coopératives et de mener des actions et des réflexions, le collectif des 451 lance une invitation à participer à deux journées d’ateliers et de discussions autour de ces problématiques. Y sont conviées toutes les personnes qui travaillent dans la chaîne du livre, tous les lecteurs et lectrices qui le souhaitent.

Le programme est à télécharger ici :

http://les451.noblogs.org/post/2012/12/21/451-programme-des-rencontres-des-12-13-janvier/


Les rencontres auront lieu à La Parole errante, 9, rue François Debergue, Montreuil.

Métro Croix de Chavaux, ligne 9.

SAMEDI 12 JANVIER DE 13h à 19h30

GRANDE DISCUSSION

Différents travailleurs de la chaîne du livre présenteront les enjeux, les difficultés et les évolutions de leur métier. Moment pour échanger les connaissances des professionnels  : de la fabrication à la mise en vente, de l’écriture au partage, du papier jusqu’à la librairie en passant par sa rédaction. Ce sera l’occasion de confronter les intérêts de chaque secteur les uns par rapport aux autres, et de poser sur la table ce qui rapproche ou sépare les différentes activités qui participent à la réalisation de l’objet livre et à la diffusion des idées. Quels sont les contradictions, les mécanismes de pouvoir, les impasses et les perspectives communes  ?

13h, avec la participation de :

• Pierre Barki, importateur et distributeur de papiers, PDG de Barki Agency. • Fréderic Lenoir, PDG de l’Imprimerie coopérative ouvrière de Dijon. • Benoît Virot, responsable des éditions Attila. • Une personne travaillant pour Les Belles Lettres Diffusion.

14h, Discussion en assemblée

15h, avec la participation de :

• Yves Pagès, responsable des éditions Verticales. • Alexandre Mouawad, maquettiste. • Christophe Versailles, membre du syndicat des correcteurs. • Frédéric Ciriez, écrivain.

16h, discussion en assemblée

17h, avec la participation de :

• Olivier Michel, libraire de l’humeur vagabonde. • Cécile Videcocq, déléguée du personnel et responsable CHSCT aux éditions Seuil. • Un-e responsable syndical à la Filpac CGT. • Un-e bibliothécaire municipal de la Ville de Paris.

18h, discussion en assemblée


19h30, FIESTA DE LIBROS

repas (préparé par Ivane et Sidonie)

bar et tables de presse (organisés par la librairie Michèle Firk)

pouvoir point (un One man show d’Yves Pagès)

concerts (invités-surprises, en acoustique)

BOUM (DJ Michel  !)


DIMANCHE 13 JANVIER

DE 13h à 16h : DISCUSSION SUR LE NUMÉRIQUE

Après un exposé par des membres du collectif des 451 au sujet de la vente en ligne (Amazon, Decitre, etc.), différentes personnes viendront parler des transformations induites par la numérisation des documents dans leurs pratiques.

13h, avec la participation de :

• Natacha et Ferdinand (451) sur la vente en ligne. • Marc Lepoivre, chercheur à l’EHESS en anthropologie des techniques. • Amandine Mussou, professeure de Littérature française et comparée. • Guillaume Normand, archiviste au Centre d’action sociale de la Ville de Paris. • Michel Valensi, responsable des éditions de l’éclat.

14h, discussion en assemblée


DE 16h à 19h : QUELLES PERSPECTIVES COMMUNES ?

16h, avec la participation de :

• Alfonso Serrano (Madrid), responsable des éditions La oveja roja, et membre du collectif d’éditeurs espagnols Contrabandos. • Viviana Chalmeta (Madrid), membre fondatrice de la coopérative d’édition/diffusion/librairie madrilène Traficantes de Sueños. • Fabrice Domingo (Toulouse), responsable du café-librairie Terra Nova. • Benoît Jacques, auteur, illustrateur, auto-éditeur. • Hugues Calvet Lauvin, libraire pour la librairie Envie de lire, Ivry-sur-Seine.

17h, discussion en assemblée

19h (environ) : FIN


DURANT LES 2 JOURS :

FABRICATION D’UN LIVRE AVEC L’ATELIER AUTONOME DU LIVRE

L’atelier autonome du livre de Mosset (Pyrénées Orientales) proposera à tou-te-s les participant-e-s la réalisation d’un documentaire graphique collectif et un poil surréaliste des discussions des 12 & 13 janvier.

étapes  : La phrase - on choisit une phrase entendue, lue aux assises. Une phrase intelligente, intéressante, débile, drôle, informative, etc., qui retourne le bide, fend le cœur, enthousiasme... Le collage - on illustre cette phrase d’abord en faisant un collage à partir de documentations fournies par l’Atelier autonome du livre. La gravure - on pose sa plaque de plexi/rhénalon sur le collage et on «  décalque  » avec une pointe sèche le collage, ce qui n’interdit pas évidemment d’agir dessus. En incorporant dessous la phrase (écrite sur du calque puis retournée  : elle doit être gravée à l’envers). L’impression - on encre au rouleau la plaque, on enlève le surplus au chiffon, on fait des effets de bordures, des effets de masse, etc., et paf  ! on pose la plaque, la feuille par-dessus et on imprime. En option, la touche de couleur  : une touche de couleur avec des encres maison.

Résultat  :
- un tirage sur feuille A3, par exemple d’une gravure bien plus petite (A5), ou A4/A6. Bref un décalage entre le format de la feuille et celui de la gravure. Plus beau.
- un livre grand format collectif. Reliure jap ou zigzag  ? Qui pourra éventuellement faire l’objet d’une autre publication, etc.
- une double expo au fur et à mesure des impressions  : celle des plaques de plexi gravées, dont on peut par exemple tapisser les fenêtres, celle du tirage que l’on garde sur des fils avec pinces à linge.

EXPOSITION SUR L’ÉCRITURE EN AFRIQUE NOIRE

L'ajout d'informations complémentaires est fermé car l'article à plus de 365 jours

voir les infos complémentaires ?

CopypLeft CopyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

Ceci est une plateforme de publication libre. Le collectif qui gère le classement des contributions n'endosse aucunement les propos et ne juge pas de la véracité des informations. Ce sont les compléments et réactions des Internautes, comme vous, qui servent à évaluer la qualité de l'information.