Recherche

Indymedia

Publiez

Infos locales

Lire plus...

Infos globales

Lire plus...

En attente

Lire plus...

Grece : Déclaration des arrêtés de Villa Amalias

dimanche 23 décembre 2012
impression 2 réactions

Déclaration des arrêtés de Villa Amalias, détenus de la Service des renseignements généraux de la police à Athènes

Les derniers 23 ans, le squat de Villa Amalias, a été une espace politique ouverte, culturelle et sociale, ainsi qu’un logement collectif. Pendant toutes ces années, nombreux groupes dans le squat étaient en action, y compris des groupes de théâtre, de concerts, un studio musical, un groupe de vitrail, une espace d’enfants, de la danse, des langues étrangères, de l’informatique, de la presse, des projections, une bibliothèque de prêt, l’échange de vinyle et cd. Egalement ils ont accueilli de nombreux événements politiques et culturels d’autres groupes. Appart de ces activités, qui ont lieu à l’intérieur, Villa Amalias a également contribué à la résolution des problèmes du quartier, en participant à l’assemblée des résidents de la place Victoria et en plus en organisant des activités accessibles de tout le monde- y compris des interventions microphoniques, des marchés de libre-échange, des cuisines collectives et des événements pour les enfants à la place Victoria.

Pendant tous ces 23 ans, le squat Villa Amalias, à travers la multiforme composition des sujets et des groupes qui la composent, a formé de caractéristiques politiques équitablement multiformes, qui proviennent de l’ensemble du mouvement des squats, de l’espace anarchiste et antiautoritaire et du mouvement des classes et de l’antagonisme du travail. Ces qualités se sont concrétisées à travers de la co-organisation et participation aux manifestations, des interventions et des mobilisations concernant les luttes ouvrières, antifascistes et antiracistes, la solidarité des squats persécutés aux immigrants et aux camarades persécutés, aux luttes scolaires et universitaires, autant que pour la récupération des endroits publics ouverts.

L’immeuble du squat a été abandonné depuis 1973, et il était dans un état épouvantable. Depuis 1990, date à laquelle il a été occupé, il est resté vivant et entretenu grâce à la contribution financière et le travail personnel des squatters ainsi que de tous les camarades solidaires. La municipalité d’Athènes apparue comme le propriétaire de l’immeuble, possède d’une énorme fortune immobilière et l’organisation des bâtiments scolaires également, sont tous les deux réputés pour des expropriations de la propriété privée et des déclassifications illicites (des bâtiments). Le point culminant est le cas de l’énorme bâtiment de Haragioni à l’intersection de la rue 3eme Septembre et Ioulianou, qui pendant une nuit, d’un terrain destiné à la construction d’un bâtiment scolaire était transformé à un centre commercial.

Contrairement à eux, qui aperçoivent les bâtiments et les espaces comme une autre manière de spéculation, le squat de Villa Amalias et son activité consiste un exemple concret de sa prémisse à la création des espaces sociales libres qui s’opposent à chaque type d’exploitation financière, basée sur des structures antihiérarchiques et auto-organisées, structures solidaires et horizontales, en respectant l’homme et en soutenant toujours les personnes qui se trouvent au bas de la pyramide de classes, à laquelle nous appartenons. Alors, c’est pour cette raison que l’entretien de l’immeuble déjà mentionné, est effectué par des squatters et ceux qui se trouvent en solidarité avec eux – surtout pendant les 4 dernières années, après les deux attaques incendiaires et criminels contre le squat par des personnes, qui soit appartenaient a l’Etat, soit pas. Ces attaques ont provoqué des nombreux dégâts à l’immeuble, mais n’ont pas constitué un obstacle pour Villa afin de continuer ses actions. Au contraire, elles ont remonté le moral des gens qui la composent et avec l’aide d’autres camarades, la façade de l’immeuble sur le côté de la rue Cheiden a été rénové et également c’est commencé la restauration et l’amélioration intérieure de l’immeuble, sous les consultations d’architectes et ingénieurs civils.

Pendant toutes ces années, les attaques répétitives ne sont pas les seules contre l’entreprise du squat. Grâce à son emplacement, mais aussi grâce à ses valeurs idéologiques et politiques, Villa Amalias a été souvent ciblée par l’état et les organisations paragouvernementales. Dans toutes ces attaques, nous avons toujours répondu avec nos paroles, en divulguant les événements, nos positions et nos principes à travers des interventions sociales, accessibles au public.

Le 20/12/12, à 7h00, des hommes de la sécurité de l’Etat ont envahi dans le squat sous le prétexte d’une enquête sur des « drogues » et des « explosifs », après un appel d’une dénonciation anonyme. Ils ont été arrêté 8 personnes qui se trouvaient dans le squat, dont trois étaient des invités. Ils ont confisqué des objets dont la sécurité de l’Etat a utilisé comme preuve pour la fabrication de charges, y compris des crimes et des délits, charges que nous n’acceptons pas. Surtout, puisque notre crime n’est que des bouteilles de bière vides et la petite quantité du pétrole qui a été trouvée à côté du poêle.

Pour nous, cette décision est un choix politique clair par l’Etat. Dans cette époque d’une crise financière et systémique, l’État lance des attaques vers toutes les directions sans arrêt, en dégradant la vie de ceux qui se trouvent en bas et en essayant de supprimer chaque cellule de la résistance et de la négation des conventionnels. Cela peut se reflété soit à la violation des droits du travail, soit dans la promotion des idéaux racistes qui promeuvent le fascisme social avec la création des conditions d’insécurité qui visent à la surveillance constante de nos vies, ou à la persécution et la diffamation des espaces politiques et des personnes qui s’élèvent contre tous ca.

Nous rejetons CHAQUE CHARGE

NOS ARMES SONT NOS PAROLES

Nous l’avons dit auparavant, et nous le répétons :

« ON JOUE DU FOOT DEPUIS TOUJOURS ET ON NE REGARDE PAS ENCORE LE BUT…"

SOLIDARITE POUR TOUS Squats (et le nôtre)

L'ajout d'informations complémentaires est fermé car l'article à plus de 365 jours

voir les infos complémentaires ?

  • Grece : Déclaration des arrêtés de Villa Amalias 23 décembre 2012 13:12, par ais

    Solidarité avec nos camarades de Gréce.

    En espérant des actions de solidarité à paris

  • Comme on pourrait le penser dans le titre de l’article les compagnons n’ont pas été enfermés chez les "Service des renseignements généraux de la police à Athènes" mais dans le bâtiment qui abrite le quartier général de la police d’Athènes (en grec GADA).

CopypLeft CopyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

Ceci est une plateforme de publication libre. Le collectif qui gère le classement des contributions n'endosse aucunement les propos et ne juge pas de la véracité des informations. Ce sont les compléments et réactions des Internautes, comme vous, qui servent à évaluer la qualité de l'information.