Recherche

Indymedia

Publiez

Infos locales

Lire plus...

Infos globales

Lire plus...

En attente

Lire plus...

L’association Animavie, sous-marin de Jean-Marc Governatori

lundi 17 décembre 2012
impression 0 réaction

Récemment, Indymedia Paris a refusé un article de l’association animaliste Animavie, soulignant ses liens avec le mouvement de Jean-Marc Governatori, l’Alliance écologiste indépendante. La modération ne semble cependant pas avoir noté que ces liens vont beaucoup plus loin que de simples actions en commun : en réalité, Animavie est une création de Jean-Marc Governatori, dont il est le trésorier. C’est d’ailleurs lui qui possède le nom de domaine du site de cette fédération d’associations, comme un simple whois le révèle. Quant à la marque « Animavie », elle a été déposée à l’Inpi par une de ses lieutenantes, Sylvie Roy, qui est aussi secrétaire de l’association. On trouve aussi d’autres représentants de l’Alliance écologiste indépendante parmi les porte-paroles d’Animavie, comme Christophe Leprêtre (qui porte bien son nom, lui qui demande des messes pour la protection animale), qui serait réputé pour sa capacité à décrocher des subventions.

Le whois du site animavie.org donne également une adresse niçoise pour contacter l’administrateur du site, le 19 rue Saint Jean d’Angely. Cette adresse, nous apprend le Journal officiel, est celle du siège social d’Animavie. C’est aussi un des deux bureaux de l’Alliance écologiste indépendante où on peut rencontrer Governatori, le deuxième étant situé dans le 12e arrondissement parisien. A noter que cette dernière adresse, le 6 rue Emile Gilbert, apparaît comme celle du domicile de Jean-Marc Governatori et Sylvie Roy dans un jugement de la cour d’appel de Paris concernant le dépôt frauduleux par Governatori de la marque « Europe Ecologie ».

On comprend dès lors d’où vient l’argent qui permet à Animavie de se payer ses coûteuses campagnes publicitaires dans le métro contre l’usage de la fourrure, argent qui ne saurait provenir des quelques associations fantoches et individus isolés la composant. Governatori, ancien chef d’entreprises, ne manque en effet pas de pognon : il possédait dans les années 1980 trois chaînes de magasins vendant des meubles en kit qu’il a cédées au début des années 2000.

Rappelons à cette occasion que Jean-Marc Governatori est loin d’être un progressiste : il s’est fait connaître à partir de 2004 en fondant « La France d’en bas », mouvement poujadiste de défense des intérêts des buralistes alsaciens. Cette thématique poujadiste d’attention aux petits patrons se retrouve dans les programmes de l’Alliance écologiste indépendante comme de la Fédération « Agissons » (une autre association fondée par le même). Cependant, en bon confusionniste, Governatori développe aussi certaines idées marquées par une certaines « tolérance » libérale et n’est par exemple pas opposé au vote des étrangers, même si a contrario de mouvements se revendiquant d’un libéralisme radical (c’est à dire à la fois économique, politique et philosophique) le combat contre les drogues constitue un de ses principaux chevaux de bataille et qu’il a également fondé une Ligue nationale contre la drogue (le tabac alsacien n’en faisant sans doute pas partie).

En 2004 également, il fonde également « La France en action », mouvement prétendant se situer « au-delà du clivage gauche-droite » et se présente aux législatives dans la première circonscription des Alpes-Maritimes, suite à quoi il est condamné à un an d’inéglibilité par le Conseil consitutionnel pour défaut de présentation et irrégularité de ses comptes de campagne. A noter que La France en Action a été accusée par le député Georges Fenech d’accointances sectaires, comptant notamment parmi ses membres Christian Cotten, membre éminent de l’Omnium des Libertés, le lobby des sectes en France (Cotten s’est par la suite présenté en 2009 sur la liste « antisioniste » de Dieudonné).

Si aucun lien direct n’a pu être prouvé entre Governatori et ce lobby, force est de constater qu’aujourd’hui encore, une partie du programme de l’Alliance écologiste indépendante, notamment concernant la santé, va tout à fait dans le sens de ces mouvements et représenterait un grave danger pour la santé publique s’il était appliqué. Niant l’intérêt de la vaccination (soupçonnée d’être dangereuse dans son ensemble), ce programme prône la reconnaissance des médecines « alternatives » et va jusqu’à nier l’existence des virus et bactéries à l’origine des maladies, qui ne seraient que des « symptômes » d’un mauvais environnement de vie. La rhétorique employée est clairement pseudo-scientifique et à connotation new age et sectaire.

Animavie, comme tous les autres mouvements fondés par Governatori, prétend défendre « le Vivant », et c’est au nom de ce principe que l’association lance des appels au clergé pour faire des messes en faveur des animaux et contre la chasse et la corrida. Connaissant les positions officielles de l’Eglise catholique sur « le respect du vivant », qui la conduit à refuser l’IVG ou l’usage du préservatif et plus globalement toute forme de contraception, ces appels sont très douteux. Or, cette ambiguïté n’est levée dans aucune des organisations de Governatori : ni Animavie, ni La France en action, ni l’Alliance écologiste indépendante ne disent quoi que ce soit sur ces questions, pas plus qu’elles ne se prononcent sur les droits des LGBTI.

Pour conclure, notons que les liens de Governatori avec certaines franges de l’extrême droite sont réels. Outre des amitiés comme celle de Christian Cotten, il avait lancé en 2010 un appel à Brigitte Bardot pour qu’elle se présente en 2012 à la présidentielle au nom de l’Alliance écologiste indépendante. Pour se faire, il avait contrefait la signature de son comparse d’alors, Antoine Waechter. Dépositaire compulsif de marques à l’Inpi (une quarantaine), il possède notamment « La Droite républicaine » et « Union Droite Républicaine ». Etrange pour quelqu’un qui se dit « au-delà du clivage gauche-droite »...


Sources (les liens vers les sites de Governatori et les sites soc’-dém’ ont été désactivés) :

- Le site d’Animavie : animavie.org
- La page Wikipedia de Jean-Marc Governatori : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-M...
- Celle de Christian Cotten : http://fr.wikipedia.org/wiki/Christ...
- Le « Pacte pour la Santé » de l’Alliance écologiste indépendante : alliance-ecologiste-independante.com/alliance-ecologiste-independante/nos-propositions/pacte-pour-la-sante
- La condamnation de la Cours d’appel de Paris concernant le dépôt frauduleux par Governatori de la marque « Europe Ecologie » : http://fr.calameo.com/read/00056872...
- Le whois d’animavie.org : http://whois.net/whois/animavie.org
- Le site de l’Inpi (taper « Jean-Marc Governatori » et « Sylvie Roy » dans le moteur de recherche avancée) : http://bases-marques.inpi.fr/Typo3_...
- Le site du Journal officiel (taper « Animavie » et « Alliance écologiste indépendante ») : http://www.journal-officiel.gouv.fr...
- Animavie sur France Bénévolat : francebenevolat.org/benevoles/association/52420
- Le site de la Fédération « Agissons » (avec une liste désopilante de soi-disant « actions » réalisées pour lesquelles on n’a aucun détail) : federation.agissons.free.fr/
- Les explications de Governatori concenant la contrefaçon de la signature de Waechter : geenariege.over-blog.com/article-apres-hulot-bardot-les-elucubration-de-j-m-govrnatori-59406619.html
- Governatori est ses marques : blogdebix.net/index.php ?post/2010/01/29/Jean-Marc-Governatori-et-ses-marques-la-bonne-blague
- Un article sur l’Alliance écologiste indépendante sur Mediapart : blogs.mediapart.fr/edition/pol-en-stock/article/160609/bonjour-elise-de-l-alliance-ecologiste-independante-c-est-p
- Un autre article sur Rue89 : rue89.com/europeennes/2009/06/12/alliance-ecolo-independante-37-des-voix-sans-medias

L'ajout d'informations complémentaires est fermé car l'article à plus de 365 jours
CopypLeft CopyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

Ceci est une plateforme de publication libre. Le collectif qui gère le classement des contributions n'endosse aucunement les propos et ne juge pas de la véracité des informations. Ce sont les compléments et réactions des Internautes, comme vous, qui servent à évaluer la qualité de l'information.