Recherche

Indymedia

Publiez

Infos locales

Lire plus...

Infos globales

Lire plus...

En attente

Lire plus...

Le 16/12 : Osons une lutte qui en soit une… car nous en sommes !

jeudi 6 décembre 2012
impression 10 réactions

Rejoignez le bloc contre l’instrumentalisation de nos identités et de nos combats

Paris Bastille le 16 décembre 2012 à 14 heure

Nous, féministes, gouines, trans, bi-e-s, pédés, antifascistes, psychiatrisé-e-s, séropos, asexuel-le-s, queers, anormaux-ales, masochistes, poly(in)fidèles, hystériques, avortante-s, intersexes, enculé-e-s, putes, travs, pornographes, et autres combattantes dénonçons le regain de respectabilité des discours des droites extrêmes, leur diffusion dans les médias et leur influence sur les prises de décision politiques.

Plusieurs semaines que des groupes réactionnaires manifestent contre l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples LGBT et déversent leur homo-lesbo-transphobie dans plus de 70 villes en France.

Plusieurs semaines que des personnalités religieuses comme politiques invoquent la sacrosainte « différence des sexes » pour refuser aux couples LGBT, aux familles homoparentales et/ou transparentales la reconnaissance juridique de leur existence.

Plusieurs semaines que le gouvernement dit « socialiste » se mure dans un silence complice quand il ne ménage pas explicitement la susceptibilité des opposant-e-s à l’égalité des droits. Ce n’est que lorsqu’ils émanent d’une organisation musulmane (l’Union des Organisations Islamiques de France) que ce gouvernement se prononce contre des propos homophobes, dans la droite ligne étatique islamophobe en vigueur depuis des années.

Nous n’oublions pas que si nous nous battons encore aujourd’hui pour l’égalité des droits c’est aussi parce que le P « S » au pouvoir il y a 13 ans, déjà trop couard pour défendre réellement le PaCS en 1999, était surtout trop homophobe pour ouvrir le mariage et la filiation aux couples LGBT. Ces atermoiements du gouvernement ne peuvent que nous rappeler toutes les trahisons d’un parti qui se situe dans la continuité du gouvernement de Nicolas Sarkozy. Nous n’oublierons pas :

- l’enterrement du droit de vote des étranger-e-s aux élections locales

- la limitation du nombre de régularisations alors que le gouvernement se gargarise d’avoir élargi les critères ouvrant le droit au séjour

- les expulsions de Roms plus effrénées encore qu’il y a deux ans

- l’abandon du récépissé après contrôle d’identité

Nous vomissons également le tout-répressif gouvernemental qui maintient les lois sarkozystes sécuritaires et racistes, de l’interdiction de porter le voile intégral au délit de racolage passif.

Nous dénonçons l’attitude du P « S » face au militantisme radical, qui à Notre-Dame-des- Landes comme face à un groupe d’activistes transpédégouines à Besançon, ne consiste plus qu’en des invectives et des fantasmes sur un supposé « terrorisme ».

Si tant est que nous imaginions échapper au pire avec l’élection de François Hollande, nous n’avons aujourd’hui plus aucune illusion.

A l’heure où, comme à son habitude, le P « S » tâtonne, recule et rame, les principales organisations LGBT font preuve d’une complaisance consternante, incapables de s’insurger contre ces manipulations. Permettre aux plus respectables des gays et des lesbiennes de gravir un marche sur l’escalier de l’hétéronation constitue pour le P « S » un moyen de masquer les effets de ses politiques racistes, islamophobes, sécuritaires et libérales, y compris au sein de nos communautés.

Les discours intégrationnistes portés par ces associations et inlassablement répétés par l’InterLGBT promeuvent un modèle de « citoyenneté » vichyste et un idéal de vie ultra- normé. Leur combat pour le mariage et l’adoption s’adresse en réalité aux homocitoyen-ne- s français-e-s, en couple, fidèles, porteur-euse-s d’un projet de parentalité à deux, et payant des impôts. En faire l’alpha et l’oméga de la lutte contre l’homophobie et contre toutes les inégalités dans le monde, c’est se désolidariser des autres minorisé-e-s, sans-droits, précarisé- e-s et criminalisé-e-s.

Les associations LGBT mainstream se targuent aujourd’hui d’avoir toujours lutté contre les « discriminations », alors même que :

- elles puisent dans l’imagerie nationaliste la plus vomitive, cherchant à draper la « fierté LGBT » dans les plus beaux atours du patriotisme franco-citoyen[1] ;

- elles gardent un silence complice sur les dégâts des politiques de répression des travailleur-euse-s du sexe ;

- elles cautionnent le racisme et l’islamophobie d’Etat, comme a pu le démontrer le refus de l’InterLGBT d’intégrer HM2F[2], sous des prétextes fallacieux ;

- elles font preuve d’une transphobie et d’un cissexisme brutaux et ordinaires, en refusant systématiquement d’inclure des questions trans et bi dans leur agenda exclusivement centré sur les doléances gays et lesbiennes ;

- elles refusent d’inclure la lutte contre le sida dans leurs revendications, arguant que se montrer solidaires des trans, gouines, bi et pédés séropositif-ve-s serait trop « stigmatisant ».

Nous ne débattrons plus pour obtenir des droits qui nous reviennent. Nous ne cautionnerons pas un discours homonationaliste et autocentré. Nous ne laisserons plus le P « S » nous faire miroiter une loi a minima. Nous refusons de voir ces droits se négocier sur fond de politiques droitières et de discours faisant la part belle à la « citoyenneté » et au nationalisme.

Rejoignez-nous pour former un bloc inclusif dans la « Marche pour l’Egalité » le dimanche 16 décembre, départ à 14h à l’angle des boulevards Richard-Lenoir et Beaumarchais.

[1]En 2011, l’affiche choisie par l’InterLGBT pour représenter la Marche des Fiertés LGBT de Paris représentait un coq entouré d’un boa. Le mot d’ordre était « Pour l’égalité, en 2011 je marche, en 2012 je vote ».

[2] Homosexuel-les musulman-es de France

L'ajout d'informations complémentaires est fermé car l'article à plus de 365 jours

voir les infos complémentaires ?

  • Est il possible de savoir qui est l’auteur de ce texte ?

  • Peut-on avoir quelques noms d’"associations LGBT mainstream" qui sont sur les positions que vous décrivez ? Parce qu’on voit pas trop, là... Surtout en ce qui concerne la lutte contre le Sida. Et puis on aimerait aussi quelques explication sur le concept d’"homonationalisme", car en ce moment il est plutôt repris par certaines franges réactionnaires et homophobes, justifiant avec ce concept la répression des LGBTI dans les pays du Sud au prétexte que l’homosexualité serait "une importation occidentale" étrangère à ces cultures. Allez dire ça aux homos iraniens, par exemple, qui sont pendus par dizaines chaque année. Les mêmes disent d’ailleurs la même chose du fémninisme (oubliant que l’histoire du féminisme dans ces pays est aussi riche qu’en Occident). Il est d’ailleurs assez incroyable qu’une partie du mouvement féministe et LGBTI accepte de s’allier avec des tenants de ces discours et/ou de les reprendre à leur compte.

  • Deux exemples récents de ces discours réactionnaires et alliances plus que douteuses :
    - Ce collectif, qui a organisé cette conférence avec un intervenant dont le discours est proprement puant ;
    - Houria Bouteldja, qui, dénonçant chez Taddéï les "revendications identitaires" homo (venant d’elle, c’est vraiment l’hôpital qui se fout de la charité), "l’homonationalisme" et même "l’homo-racialisme", invitait les homos à rester dans la sphère privée (notament dans "les quartiers") et à ne surtout rien revendiquer (discours homophobe classique). Son intervention a été applaudie par le journaliste d’extrême droite Paul-Marie Coûteaux.

  • « Nous vomissons également le tout-répressif gouvernemental qui maintient les lois sarkozystes sécuritaires et racistes, de l’interdiction de porter le voile intégral »

    Cela veut-il dire que ce collectif n’est pas opposé au port du voile intégral ?

  • « Permettre aux plus respectables des gays et des lesbiennes de gravir un marche sur l’escalier de l’hétéronation constitue pour le P « S » un moyen de masquer les effets de ses politiques racistes, islamophobes, sécuritaires et libérales, y compris au sein de nos communautés. » En quoi se battre pour une égalité des droits serait une nuisance aux autres inégalités ou un masque ?

  • Est-ce que 13h46 est favorable à l’interdiction du port de la cagoule en manif ?

  • Non, je ne suis pas favorable à l’interdiction du port de la cagoule en manif, mais une cagoule en manif n’est pas porter au quotidien le signe de l’oppression hétéro-sexiste-patriarcale. Tu confonds tout.

  • "Nous, féministes, gouines, trans, bi-e-s, pédés, antifascistes, psychiatrisé-e-s, séropos, asexuel-le-s, queers, anormaux-ales, masochistes, poly(in)fidèles, hystériques, avortante-s, intersexes, enculé-e-s, putes, travs, pornographes"... "Pornographes" ? Que viennent faire des exploiteur-rice-s à vos côtés ? Les pornographes sont des patron-ne-s comme les autres. C’est comme si vous demandiez à des grévistes d’accueillir leurs patron-ne-s dans leurs mouvements au prétexte de ne rejeter personne... On croit rêver, là !

  • Les pornographes et leurs boites de "productions" qui sont souvent liés aux proxos sont effectivement des patrons comme les autres qui exploitent les femmes avec une vision des plus sexistes de celles ci. Et ou les femmes sont toujours montrées de maniéres humiliantes.

    Et qu’on ne viennne pas nous parler de ces realisateurEuses qui seraient censés "intellectualiser" l’industrie du porno et faire des films "’engagés" du genre.

  • Sauf que Homosexuel-les musulman-es de France participent avec des gens peu recommandables au collectif "Mamans toutes égales", qui défend le droit de porter le voile pour les sorties scolaires (pour les mères accompagnant les classes). Collectif où on retrouve pêle-même des communautaristes divers et variés (complaisants avec le racisme, le voile, des régimes politiques dictatoriaux, des organisations terroristes et fondamentalistes, etc), dont les communiqués sont habituellement boycottés par Indymedia, d’ailleurs. Et après la défense du porno, du droit d’aller aux putes, du droit de porter la burqua, ces "féministes" vont-elles se battre pour le droit de rester le cul sur son fauteuil en attendant que la femme fasse la cuisine ? On croit rêver, vraiment ...

CopypLeft CopyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

Ceci est une plateforme de publication libre. Le collectif qui gère le classement des contributions n'endosse aucunement les propos et ne juge pas de la véracité des informations. Ce sont les compléments et réactions des Internautes, comme vous, qui servent à évaluer la qualité de l'information.