Recherche

Indymedia

Publiez

Infos locales

Lire plus...

Infos globales

Lire plus...

En attente

Lire plus...

Enquête de Négatif

vendredi 2 novembre 2012
impression 2 réactions

Enquête de Négatif

Qu’est-ce qui permet à un individu de percevoir avec un minimum de lucidité la réalité sociale ? Qu’est-ce qui le conduit à désirer sa transformation radicale ? Quel est le déclic ? Quels sont les chemins qu’il emprunte pour en arriver à cette conscience ? Ces questions méritent d’être posées au moment où les vieilles recettes, les certitudes sur la manière d’arriver à changer le monde sont en train de s’écrouler. Il n’existe aucun caractère mécanique de la révolte, aucun déterminisme en la matière. En effet moins que jamais il n’existe de sauveur suprême. Pourtant, jamais la nécessité de vivre autrement n’a été aussi urgente. Nous souhaitons donc nous intéresser ici à la façon dont un individu, lui plutôt qu’un autre, placé souvent dans la même situation que la plupart, en arrive à remettre en cause de manière radicale ce qui se donne, de plus en plus, comme un fait accompli. Il ne fait aucun doute que cette conscience radicale peut avoir pour motivation une multiplicité de facteurs. L’appartenance à une classe sociale plutôt qu’à une autre, les injustices directement subies en font bien évidemment partie. Parfois aussi, les motivations sont beaucoup plus personnelles, enfouies dans les profondeurs de chacun. Elles peuvent même paraître si ténues qu’on a du mal à croire, peut-être, qu’elles suffisent à orienter une vie. C’est qu’elles sont, qu’elles deviennent constitutives de l’être. Une lecture, une rencontre ne s’avèrent-elles pas plus déterminantes qu’une longue argumentation politique ? Ne suffisent-elles pas, souvent, à ouvrir la voie ? C’est la raison pour laquelle Négatif lance une enquête auprès de ses lecteurs, plus largement de tous ceux qui aujourd’hui ressentent comme une nécessité l’avènement d’une société reposant sur des bases totalement autres. Vous pouvez y contribuer en répondant aux questions suivantes : 1-Votre remise en cause des conditions actuelles d’existence est-elle née d’une expérience ? 2- À quel moment de votre vie ? 3- Quelle forme a-t-elle alors prise ? Plutôt poétique ? Plutôt politique ? Poétique et politique ? 4- Pouvez-vous distinguer l’élément déterminant, ou les éléments déterminants qui ont fait naître en vous le sentiment de révolte ? Essayez d’être précis, en distinguant, s’il y a lieu, les raisons individuelles et sociales, ou au contraire en en analysant leur imbrication. 5- Pensez-vous que le type de prise de conscience qui fut le vôtre était lié à un climat général ? Si c’est le cas, pensez-vous qu’il est plus difficile de développer une telle conscience dans des circonstances sociales moins favorables ? 6- Pensez-vous qu’un contrôle absolu puisse un jour éteindre toute opinion contestataire ?

Parue dans Négatif n°17, bulletin irrégulier de critique sociale - novembre 2012.

Pour nous contacter : georges.ouden@gmail.com Pour toute correspondance écrire à Négatif c/o Échanges BP 241 75866 Paris CEDEX 18

L'ajout d'informations complémentaires est fermé car l'article à plus de 365 jours

voir les infos complémentaires ?

  • quête 3 novembre 2012 11:32

    Il serait temps de dévaloriser la conscience, qui est naturellement le lieu d’une illusion (sa nature est telle qu’elle recueille des effets mais ignore les causes). Elle est inséparable de la triple illusion qui la constitue, illusion de la finalité, illusion de la liberté, illusion théologique (Deuleuze dans Spinoza, philosophie pratique). La conscience se distingue de l’activité consciente : aussi « radicale » puisse-t-elle se prétendre, elle nous sépare de notre puissance d’agir. Laissons la "prise de conscience" aux pédagogues et aux moralistes. Quant au négatif, il se rapporte toujours à un idéal fictif, à une synthèse ultérieure, par là on en reste à l’illusion théologique... Négatif blabla. On s’y tient chaud dans la glaciation. C’est peu.

  • Question à "Quête/11:32" 3 novembre 2012 17:59

    As-tu bien conscience de ce que tu dis ?

CopypLeft CopyLeft Indymedia (Independent Media Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

Ceci est une plateforme de publication libre. Le collectif qui gère le classement des contributions n'endosse aucunement les propos et ne juge pas de la véracité des informations. Ce sont les compléments et réactions des Internautes, comme vous, qui servent à évaluer la qualité de l'information.